Que se passe-t-il et que faire pour mes tomates ?

LA QUESTION D’EVELYNE DANS LE GARD
Je rencontre un souci avec les tomates, comme tu peux le voir sur les photos. Pourrais-tu me dire d’où ça peut venir?
J’ai demandé un complément d’information à Evelyne : « Peux-tu me dire d’où viennent tes plants, à quel moment les as-tu plantés, comment as-tu préparé ton sol, et quand arroses tu, ainsi que toute autre info utile ? »
Réponse d’Evelyne : « Les plants sont bio, ils viennent d’un producteur du Gard. On les a plantés après le 15 mai, le sol a été remué amendé avec du migou (crottes de moutons) et de l’engrais, on arrose 1 fois par jour 30 min, en cas de forte chaleur, 2 fois 30 min. »


LA RÉPONSE DE CATH’NATURELLE
Merci Evelyne pour ces précisions.

  • Effectivement, il est fortement recommandé de laisser passer les Saints de Glace, période réputée pour ses risques de gelées tardives. .. avant de planter les légumes d‘été, soit à partir de la mi mai.
  • Ensuite, la qualité sanitaire des plants, ou des semences si l’on fait ses plants soi-même, est très importante. A priori, s’approvisionner chez un petit producteur local bio et sérieux est un bon plan lorsqu’on n’a pas le temps de faire soi-même, sinon sache que c’est très facile à réaliser et j’ai déjà publié à ce sujet sur le blog.
  • Le sol doit être aéré si nécessaire mais sans être retourné afin de ne pas en perturber les couches et leurs habitants qui tiennent un rôle capital au jardin.
  • Le sol doit être amendé pour les besoins de certaines cultures, cependant le «migou» et les engrais ne sont pas des amendements (qui servent à nourrir le sol et ses habitants afin d’améliorer la qualité du sol et de mettre de la nourriture à la disposition des pl »antes) mais des fertilisants (pour nourrir les plantes directement).
  • Pour l’arrosage, une chose vitale à comprendre, c’est qu’en pleine terre, pour les tomates et autres légumes d’été, c’est au maximum 1 fois par semaine (voire plus espacé) à raison de 30 à 40 litres d’eau au mètre carré.
    Tout excès va perturber les équilibres naturels, la vie du sol et de ses habitants, lessiver les argiles et les nutriments et au final nuire aux plantes en les fragilisant et en favorisant les maladies et parasites, comme dans le cas présent.

DONC EN RÉSUMÉ ET EN URGENCE, IL TE FAUT ABSOLUMENT :
1) pailler copieusement, 10 à 15 cm de végétaux durs et secs (vieille paille, broyat, feuilles sèches etc.),
2) lever très fortement le pied sur l’arrosage qui est totalement inadapté aux besoins de tes tomates, et qui ne fait que fragiliser les plants.
3) Comme pour toutes les éventuelles maladies, quelles soient cryptogamiques (causées par des champignons, virales (par des virus) ou bactériennes (par des bactéries), ou bien les attaques de parasites, elles se développent lorsque les conditions favorables sont réunies… il n’existe pas de remède miracle en curatif et encore moins sans créer un déséquilibre de plus… Donc c’est en préventif qu’il faut agir en adoptant les bonnes pratiques du jardinage naturel. Et lorsque le déséquilibre est présent, je ne peux que conseiller d’enlever les parties atteintes ou les insectes pour éviter une éventuelle propagation ou prolifération.
Voici d’autres précisions très importantes pour la suite de tes plantations dans l’article complet ci-après…

 

RAPPEL DES BONNES TECHNIQUES POUR PRÉPARER SON JARDIN NATUREL

1) Aérer le sol sans le retourner avec une fourche à bêcher ou une grelinette, de manière à ne pas perturber les habitants des différentes couches du sol.
2) Amender le sol si necessaire, pour entretenir ou restaurer sa fertilité et sa capacité de rétention en eau, avec une couche de 10cm en entretien à 30cm au démarrage sur un sol compact ou peu fertile, de fumier (mélange de crottin et de paille) ou de crottin (seul) de cheval ou d’âne. Aux Jardins De Tara, nous utilisons le fumier de nos ânesses, pour vous, celui de cheval sera plus facile à trouver en demandant au poney club ou au club hippique du coin.
3) Recouvrir d’une bonne couche de paillis végétal de 5 cm minimum et jusqu’à 15/20cm selon la nature de votre sol, sa capacité de rétention en eau, l’exposition et la sécheresse du climat… Ici nous récupérons le foin pailleux gaspillé par les ânesses, mais tous les végétaux durs et secs conviennent, la paille souillée (évitez la paille neuve qui coûte cher, est en pénurie pour le bétail, et s’envole facilement !), le broyat, les feuilles sèches…
4) Si nécessaire, rajoutez en cours de saison un complément de fertilisation pour les cultures gourmandes (comme les légumes d’été par exemple !) avec de préférence un purin de consoude (très équilibré), du compost, une macération de fumier de cheval ou d’âne, voire de l’engrais organique bio. Attention aux fientes de poules, lapins, ou migou etc… qui sont trop riches en azote et risquent de pousser vos plants à développer leurs feuillages au détriment des fruits !


EN CE QUI CONCERNE L’ARROSAGE. ..

Aux Jardins De Tara, pour une plantation entre le 15 et le 20 mai :
1) un premier arrosage copieux à la plantation pour bien coller la terre aux racines,
2) un 2ème arrosage entre le 15 et le 20 juin, soit un mois après (donc un peu plus tôt exceptionnellement au regard de la météo très chaude, car les autres années nous attendions la fin juin),
3) le 3ème arrosage arrive maintenant fin juin/début juillet.
4) Pour la suite de l’été, nous arroserons tous les 8 à 10 (ou 12) jours, en l’absence de pluies, et s’il pleut nous réduisons la quantité d’eau.

 

EN CONCLUSION

Amender, c’est nourrir d’abord le sol et ses habitants, avec de la matière organique brute, pour qu’ils puissent ensuite la transformer en nourriture assimilable par les plantes. Fertiliser, c’est nourrir les plantes avec des éléments nutritifs directement assimilable par la plante, comme du gavage pour peu que l’on ne respecte pas les doses…

La clef du jardin naturel, c’est de l’aménager comme un écosystème naturel, en restaurant et en préservant les équilibres naturels, c’est-à-dire en favorisant toutes les formes de vies (animales et végétales) présentes dans la nature, et en intégrant nos bandes de cultures dans cet écosystème, en améliorant, si nécessaire, notre «capital sol» le plus naturellement possible.

Les plantes ont des besoins, comme tous les êtres vivants, mais tous les excès de nourriture ou d’eau, et plus encore les apports de produits industrialisés, ne peuvent que compromettre les équilibres naturels, donc mieux vaut au maximum laisser faire la nature !


En espérant avoir apporté des réponses et des solutions à vos questionnements, n’hésitez pas à me demander d’autres précisions si nécessaire… ce blog est là pour ça !
Et si vous voulez en apprendre plus, en théorie et en pratique, que ce soit aux Jardins De Tara ou dans votre jardin, je suis à votre disposition pour vous accompagner et vous former, en individuel ou en groupe.
Cath’Naturelle

À MÉDITER. ..
 » On ne peut cueillir une fleur sans perturber une étoile. » Mayas de la Selva Lacandone

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s